Les « anciens » de l’ADS 1967 sont toujours vaillants !, par Raymond Troost (ads 1967)

Après des retrouvailles célébrées en grande pompe, il y a 10 ans déjà, nous avons senti le besoin irrépréssible de comparer nos calvities, nos bedaines et notre indémodable style « sapin vert » des années que les moins de 50 ans ne peuvent imaginer… 

C’est donc le vendredi 17 novembre de l’an dernier que près de 60 rescapés des années pré-soixante-huitardes se sont donné rendez-vous dans les locaux de leurs exploits, à savoir le vénérable Collège Saint-Michel.

Une soirée qui débuta par un rare privilège que très peu de personnes gravitant dans et autour du Collège peuvent se targuer d’avoir vécu dans leur vie collégiale. La visite de la bibliothèque des Bollandistes, sise dans les vastes combles du Collège. Tel le village de Petibonum (résidence du sieur Astérix) cette bibliothèque ne se laisse pas facilement approcher. Notre gratitude va à Mme de Saint Sernin – public relation en charge de nous recevoir – de nous avoir permis d’approcher la seule institution mondiale dont le but est l’étude critique des biographies des saints reposant sur une bibliothèque de 600,000 volumes !

Après les nourritures intellectuelles, il fut grand temps de nous diriger vers des agapes plus terre-à-terre. Le grand réfectoire avait mis les petits plats dans les grands pour rassasier les appétits de retrouvailles des participants. Un grand merci à Mme Dauphinais.

Et chacun de retrouver en l’autre celui qui avait changé plus que lui-même, de se remémorer les événements glorieux ou pénibles des années passées à lustrer les bancs ou la cour de récréation par une présence aléatoire aux diverses activités scolaires qui comptent dans l’épanouissement des futurs élites auto-proclamées.

La fusion des souvenirs entre ces trois « rhétos » et la 1ère Scientifique fut parfaite. En ces années-là, point de gentes dames dans les couloirs, point de classes informatisées. On peut regretter l’une ou l’autre, mais on gardera toujours présente cette ambiance collégiale faite autant de souvenirs que de regrets, vites balayés au gré des conversations sautant d’une table à l’autre, d’une classe vers l’autre.

La conclusion de cette journée de retrouvailles, ponctuée par des échanges de photos du passé, un slide-show de ce que fut l’année 1967 et de prise de vues de l’état de conservation de notre groupe, entraina la dynamique de ne pas attendre dix années supplémentaires avant de remettre celà.

Notre avenir d’anciens du Collège est fixé dans l’espoir que nous nous retrouverons tous dans un avenir point trop éloigné afin de recommencer à remuer les souvenirs de ces années cruciales qui firent de nous ce que nous sommes….malgré l’excédent pondéral et la perte de quelques cheveux qui ne cesseront de tomber dans la soupe d’un quotidien qui eût pu être banal.

Retrouver nos anciens couloirs, aux illuminations blafardes, les anciennes classes, les nouveaux emplacements et bâtiments surgis au sein de ce qui fut « notre » cour de sable, « notre » terrain de foot, la salle de spectacle qui résonne encore des proclamations redoutées, les salles de « retenues » qui forgèrent plus d’un dirigeant d’entreprise….voilà notre madeleine proustienne. Et elle restera délicieusement enfouie dans notre mémoire.

A la prochaine !