La Rhéto B 63 fête au Maroc le 50ème anniversaire de sa sortie du Collège

La Rhéto B 63 est sans doute une des rares classes à s’être réunie chaque année depuis sa sortie du collège. Nous le devons à une inspiration : celle d’avoir désigné un secrétaire qui serait chargé de nous convoquer chaque mois de décembre pour un joyeux repas. Mais il ne suffisait pas de désigner un secrétaire. Encore fallait-il trouver le bon. Et c’est ainsi que notre choix porta sur Patrick Binard dont nous avions déjà pu vérifier l’efficacité lorsqu’il s’agissait de vendre le célèbre calendrier des missions (toute une époque). Pendant les premières années, nous avons pu bénéficier de la fidèle présence du Père Goreux dont nous formions, si mes souvenirs sont exacts, la 35ème rhéto et qui, parmi les titulaires de dernière année est de ceux qui ont pu compter le plus grand nombre d’anciens.

Tant que nous étions jeunes et vaillants, les soirées se terminaient aux petites heures. Pour le vingtième anniversaire, notre virée à Paris aurait sans doute fait retourner dans sa tombe le père Préfet de l’époque. Mais à partir du moment où certains d’entre nous sont devenus grands-pères, la raison l’a emporté et les réunions se sont tenues à l’heure de midi, toujours précédées d’une activité culturelle digne de l’éducation reçue au collège.

Pour notre cinquantième anniversaire, il nous fallait quelque chose de spécial. Et c’est ainsi qu’est né le projet de partir – avec nos épouses – au Maroc pour notre ami Emmanuel (Manu) Dierckx de Casterlé qui y vit depuis près de vingt ans et qui y passe sa retraite après une carrière bien remplie au service de PNUD (Programme des Nations-Unies pour le Développement). Pour lui ce fut une grande joie de nous faire découvrir ce pays qu’il aime ainsi que ses habitants parmi lesquels il a noué de solides amitiés. Nous avons pu ainsi découvrir ou redécouvrir du 10 au 17 novembre 2013 Marrakech, Essaouira, le Haut-Atlas, Fès, Meknès et Rabat. La dernière soirée fut pour nous l’occasion d’en apprendre davantage sur le soufisme, courant mystique musulman – bien plus tolérant que l’islamisme radical tant médiatisé – et qui, nous avons pu le constater, fait même bon ménage avec le chant grégorien !

Mais la visite la plus intéressante, la plus touchante, la plus enthousiasmante fut celle de la « Crèche Verte » fondée à Rabat par notre ami Manu : une retraite active qui lui donne une nouvelle jeunesse. Cette crèche, dirigée avec compétence et amour par une marocaine qualifiée, s’inspire de la pédagogie de Marie Montessori qui vise à favoriser l’autonomie et la créativité. Elle accueille plus de 70 enfants.

89-7-intro

La Rhéto B 63 au Maroc devant le Palais Royal de Fès. De gauche à droite : Emmanuel Dierckx de Casterlé, Bernard Vandendriessche, Caroline Binard, Patrick Binard, Myriam Vandendriessche, Jean-François Taymans, Marie-Luce Taymans, Jacques Zeegers, Dominique Zeegers, Luc Delville, Flavia Fontaine, Christian Laperche, Nicole Laperche.

89-7-2

 

Emmanuel Dierckx de Casterlé (Rhéto B 63) dans la « Crèche verte » qu’il a fondée à Rabat sous le signe de Tintin